Accueil Épisode 14

Podcast Episode 14

Bilan de l‘année 2022 et perspectives pour 2023

avec Jeremiah Stone, directeur technique de SnapLogic

Dans cet épisode spécial d‘Automating the Enterprise, l‘animatrice Dayle Hall s‘entretient avec Jeremiah Stone, directeur technique de SnapLogic. Il nous fait part de ses réflexions sur l‘utilisation de l‘IA dans l‘entreprise et sur la manière dont elle peut aider les organisations à automatiser et à transformer leurs processus. Il évoque également ce à quoi on peut s‘attendre en 2023 et comment les entreprises peuvent prospérer en période de turbulences.

Transcription complète

Dayle Hall :

Bonjour, bonsoir ou bonjour, où que vous soyez. Il s‘agit de notre dernier podcast pour cette première saison d‘Automating the Enterprise. Et c‘est la période des fêtes. Où que vous soyez et quoi que vous fassiez, ce podcast sera spécial pour de nombreuses raisons.

Mais tout d‘abord, pour rappel, ce podcast est conçu pour donner à nos organisations les idées et les meilleures pratiques sur la façon d‘intégrer, d‘automatiser et de transformer l‘entreprise. Mais cette fois-ci, pour ce dernier épisode de l‘année, nous allons faire quelque chose de légèrement différent. Normalement, j‘interroge des leaders d‘opinion, des clients et des personnes d‘horizons différents sur la façon dont ils utilisent l‘automatisation de l‘intégration. Mais aujourd‘hui, j‘ai un invité très spécial. C‘est la première fois que nous le faisons. Il s‘agit de l‘un de mes très estimés collègues de SnapLogic. 

Jeremiah Stone, CTO de SnapLogic, nous rejoint aujourd‘hui. C‘est un expert, et je l‘ai vu de mes propres yeux, dans la construction de produits technologiques avancés et dans l‘utilisation de l‘IA pour résoudre de vrais problèmes d‘entreprise. Jeremiah, bienvenue dans le podcast.

Jeremiah Stone :

C‘est fantastique d‘être ici, Dayle. Merci beaucoup. Je suis ravie de participer à cette série géniale. Je suis une fidèle auditrice. Je suis donc une auditrice de longue date, mais j‘appelle pour la première fois. Je suis heureuse d‘être ici.

Dayle Hall :

C‘est génial. J‘ai l‘impression d‘avoir toujours voulu être Frasier Crane, en fait. Jeremiah a occupé plusieurs postes de direction chez GE et SAP. En fait, lorsqu‘il a rejoint notre organisation, il a déjà acheté un iPaaS plateforme , ce qui est une excellente expérience pour nous. Mais il y a certaines choses dont je suis sûr - alors que nos auditeurs peuvent aller sur LinkedIn, et ils peuvent voir qui vous êtes, Jeremiah, j‘aimerais commencer par quelques brise-glace parce que nous voulons savoir qui est le vrai Jeremiah, d‘accord ? Voici donc mes questions clés pour apprendre à vous connaître, d‘accord ? Tout d‘abord, bière ou vin ? 

Jeremiah Stone :

Ooh, bonne question. Eh bien, comme je vis en Californie du Nord, j‘ai la chance de pouvoir choisir entre les deux. J‘aime aller à Napa avec ma femme et j‘adore la scène locale des microbrasseries. Je dirais probablement que je suis plutôt un buveur de scotch, en fait. Donc ni l‘un ni l‘autre.

Dayle Hall :

D‘accord, d‘accord. Je vais poursuivre dans cette voie car, outre les martinis Hendrick‘s, j‘adore aussi le scotch. Batman ou Superman ?

Jeremiah Stone :

Enfant, Superman. Rien que le fait de sauter d‘un seul bond de grands immeubles était merveilleux, ainsi que la vision à rayons X et les lasers. Adulte, Batman, simple mortel, sans pouvoirs particuliers. L‘hyper richesse est un pouvoir spécial, je suppose. Mais la capacité de...

Dayle Hall :

Connaissances techniques.

Jeremiah Stone :

Oui, il est techniquement doué, il essaie de résoudre des problèmes difficiles dans un monde sombre, il est un rayon de lumière. Je ne sais pas, parler de Batman me parle de plus en plus avec l‘âge.

Dayle Hall :

J‘aime ça. Plage ou neige ?

Jeremiah Stone :

La neige, sans aucun doute. J‘ai grandi dans les Rocheuses, au Colorado, et je continue à apprécier les hivers avec mes enfants. Nous aimons skier, nous aimons jouer dans la neige et construire des châteaux de neige, ce genre de choses. Je suis donc une personne qui aime la neige. Et parmi les pires moments où j‘ai été malade dans ma vie, j‘ai passé des vacances à la plage. Terrible association.

Dayle Hall :

D‘accord, les deux derniers. Le dernier livre que vous avez lu.

Jeremiah Stone :

Le dernier livre que j‘ai lu, je crois, était Functional Aesthetics, des livres sur la visualisation des données.

Dayle Hall :

Cela ne pourrait pas être plus CTO, même si vous essayez. Mais c‘est une bonne idée. C‘en est une bonne. Ok, les deux derniers. Mot préféré.

Jeremiah Stone :

Extemporané.

Dayle Hall :

J‘en suis sûr. Je ne sais pas comment le dire, mais je vous crois sur parole. Et le mot le plus galvaudé dans le monde des affaires.

Jeremiah Stone :

Le mot le plus galvaudé est celui d‘innovation.

Dayle Hall :

D‘accord, pourquoi dites-vous cela ?

Jeremiah Stone :

Je pense que tout le monde a une vague idée des idées, de la fantaisie, du rêve, de l‘étincelle d‘une idée qui se transforme en quelque chose de valable. Mais j‘ai l‘impression qu‘il s‘agit d‘un mot bouche-trou. Je pense que c‘est un mot qui plaît et que les gens ont tendance à utiliser en association avec leurs produits et services, leur travail, au point d‘en faire une sorte de shibboleth. C‘est un mot de remplissage qui sert en quelque sorte à remplir les blancs pour ce que nous aspirons à faire, mais l‘innovation réelle qui a des avantages prouvés et quantifiables, ce lien est perdu.

Et si souvent, nous utilisons ce terme pour parler des choses que nous faisons et qui nous intéressent, des choses que nous faisons et dont nous pensons qu‘elles plairont aux autres, nous faisons rarement le travail difficile pour justifier l‘utilisation de ce mot dans le sens où nous pouvons tirer un bénéfice clair de ce travail. Et, oh, c‘est apocryphe ou réel, mais je pense qu‘il a été attribué à Henry Ford qui a dit, je pense - ou c‘est peut-être Edison - que l‘innovation est l‘imagination au travail et qu‘elle apporte des résultats concrets - vous pouvez mettre un signe de dollar à côté, vous pouvez le quantifier en termes d‘amélioration de la vie de quelqu‘un, c‘est cela l‘innovation pour moi. Mais bien trop souvent, et certainement dans notre monde, l‘innovation est souvent dépourvue de lien avec la valeur.

Dayle Hall :

C‘est vrai. Non, c‘est une très bonne réponse. Nous avons - encore une fois, en tant que spécialiste du marketing, nous utilisons des termes tels que l‘innovation de tant de façons différentes. Et je m‘assure que... en d‘autres termes, la part de l‘esprit. Et toutes ces choses dont nous parlons, il faut s‘assurer qu‘il y a une vraie valeur derrière. Et je pense que c‘est ce dont vous parlez avec l‘innovation. Je pense que les gens peuvent l‘utiliser comme une soupape de sécurité, un terme fourre-tout. C‘est une bonne entrée en matière pour moi, car vous êtes chez SnapLogic depuis six mois, cinq mois ?

Jeremiah Stone :

Six mois la semaine prochaine.

Dayle Hall :

Six mois la semaine prochaine. Félicitations, six mois. En ce qui concerne l‘innovation et les choses que vous avez apprises au cours des six derniers mois en discutant avec de nombreux clients, qu‘est-ce qui vous a vraiment impressionné ? En ce qui concerne le mot innovation, qu‘est-ce qui vous a surpris ou impressionné au cours des six premiers mois de votre travail chez SnapLogic ?

Jeremiah Stone :

Je pense que ce qui m‘enthousiasme le plus dans le mot innovation, c‘est le nombre de clients à qui j‘ai parlé ou qui m‘ont raconté des histoires sur des choses difficiles qu‘ils ont accomplies avec moins de ressources, moins de temps, moins d‘expertise que ce qu‘ils pensaient être nécessaire. Nous avons récemment rencontré des clients en Europe. J‘ai trouvé la conversation que nous avons eue avec les gens de Sarpi Veolia vraiment impressionnante, parce qu‘il s‘agit d‘un groupe de personnes qui étaient dans une situation difficile, ils avaient des analyses et des rapports, ils voulaient livrer rapidement, et ils n‘avaient pas un grand budget, ils n‘avaient pas une grande équipe technique. Ils ont décidé d‘utiliser SnapLogic pour réaliser leur travail. Ils ont été surpris par la rapidité avec laquelle ils ont pu mener à bien leur projet et par le fait qu‘ils n‘ont pas eu besoin d‘embaucher des ressources spécialisées.

Ce qui m‘a enthousiasmé, ce n‘est pas nécessairement le fait que le niveau d‘investissement des personnes soit moins élevé ou que le niveau d‘exécution soit plus élevé, et c‘est notre rêve, nous voulons que les gens arrivent plus vite, pour ainsi dire, où qu‘ils soient dans leur propre contexte. Mais ce qui me passionne le plus, c‘est que ce sont les personnes qui s‘approprient le problème qui se débloquent elles-mêmes. Je pense que dans notre secteur, nous avons ce modèle de prêtrise technologique, où si vous n‘avez pas le diplôme d‘informaticien et que vous n‘avez pas toute l‘expérience nécessaire pour écrire du code, etc. C‘est un monde inaccessible et impénétrable. Et d‘entendre des personnes qui comprennent leur entreprise de fond en comble et qui se sentent techniquement compétentes - qui ne l‘est pas de nos jours - mais qui ont été capables de se débloquer et d‘atteindre leurs propres objectifs, c‘est juste le... ce qui est vraiment excitant, c‘est de voir à quel point elles semblaient et se sentaient puissantes, et qu‘elles sentaient qu‘elles pouvaient le faire.

Et j‘adore cela dans le sens de l‘autonomisation des personnes qui prennent le contrôle de leur propre destin et font ce qu‘elles doivent faire pour leur entreprise. Pour moi, c‘est cela, dans notre contexte, l‘innovation. La capacité des gens à atteindre leurs objectifs, à surmonter leurs obstacles et à parvenir à l‘état d‘exploitation souhaité par eux-mêmes, sans avoir besoin d‘une aide spécialisée, était vraiment géniale. 

Dayle Hall :

Oui. Je pense qu‘une chose que nous planifions, nous parlons de l‘intégrateur, c‘est que nous avons organisé nos événements EMEA et que nous sommes sur le point d‘organiser nos événements en Amérique du Nord. Ce qui m‘a le plus inspiré depuis que j‘ai rejoint SnapLogic, c‘est lorsque vous parlez aux clients et que vous voyez ce qu‘ils font, les problèmes qu‘ils résolvent, c‘est incroyable parce que - et c‘est quand vous vous réveillez tous les jours et que vous répondez à des emails, ou que vous participez à des appels Zoom et ainsi de suite, je pense que parfois vous pouvez perdre de vue la raison pour laquelle nous faisons ce que nous faisons. Mais je pense qu‘une fois qu‘on est sur le terrain et qu‘on parle à ces clients, c‘est ce qui m‘inspire à m‘améliorer chaque jour dans ce que je fais. Et je sais que vous ressentez la même chose.

Jeremiah Stone :

C‘est le cas. Mais parfois d‘une manière différente. Depuis que je suis ici, je pense que j‘ai presque atteint les deux chiffres. Je parle pratiquement à trois ou cinq de nos clients par semaine. Pas lors d‘un appel de vente, pas lors d‘un appel d‘assistance, je me connecte vraiment avec eux pour comprendre leurs problèmes et leurs objectifs.

Et je suis le nouveau dans le coin. Et pourtant, je continue à découvrir des choses vraiment importantes que les gens font en utilisant SnapLogic. Et ces choses sont d‘une telle importance qu‘on en devient presque nerveux. Vous vous dites, wow, cette personne ne nous utilise pas seulement pour réunir deux applications dans un processus d‘entreprise ou de support et d‘analyse. Son entreprise ne peut pas fonctionner si nous ne le faisons pas. C‘est donc un sentiment de devoir, d‘anxiété ou autre qui me fait sortir du lit, mais c‘est juste la nécessité de nous améliorer continuellement parce que les gens comptent sur nous et nous font confiance pour leurs charges de travail principales, et c‘est très important.

Dayle Hall :

Oui, c‘est vraiment très important. Nous allons donc commencer par donner des précisions sur la situation du marché, de l‘économie et du secteur dans lequel nous travaillons, et passer en revue certaines des choses que nous avons vues et certaines des prédictions. Pour commencer, je m‘empresse de dire que la pandémie n‘est plus du tout d‘actualité. Elle a encore un impact sur notre vie quotidienne dans une certaine mesure. Mais cette tendance à quitter le bureau, à être complètement à distance, et maintenant il y a un certain retour au bureau/modèle hybride, et pas seulement du point de vue de l‘environnement de travail et des personnes avec lesquelles nous interagissons, mais aussi du point de vue des applications, des données et des équipes informatiques, que voyez-vous comme changement aujourd‘hui, si tant est qu‘il y en ait un ? Sommes-nous en train de revenir à la situation antérieure ? Voyez-vous des tendances clés dans ce retour à un modèle plus hybride, avec certaines personnes toujours à distance, d‘autres de retour au bureau ? Que constatez-vous chez les clients et sur le marché, comment les gens gèrent-ils cette situation ?

Jeremiah Stone :

D‘une manière générale, nous sommes toujours dans un modèle mixte. Et c‘est le cas en Europe, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et en Amérique du Nord. Les gens n‘ont pas abandonné les briques et le mortier. Ils sont encore - nous rencontrons des gens dans des bureaux. Mais dans presque toutes les réunions que j‘ai avec nos clients en personne, il y a des gens qui se connectent. Et il y a des gens qui se connectent localement, et il y a des gens qui se connectent à distance.

Thomas Friedman a prédit dans son livre que le monde deviendrait plat, que les marchés du travail mondiaux deviendraient de plus en plus la norme, que nous embaucherions au-delà des frontières. Et dans une certaine mesure, c‘était vrai. Mais il s‘agissait toujours de créer un nouveau bureau et un nouvel emplacement. Ce que je constate, c‘est qu‘il y a beaucoup plus de contributeurs individuels largement répartis, à la fois dans les pays d‘opération et à l‘étranger. Je pense que cette tendance va perdurer et qu‘elle va accroître la disponibilité des talents et l‘autonomie individuelle.

Je pense que si l‘employeur éclairé s‘intéresse de plus en plus à cette réserve mondiale de talents et à l‘ensemble des générations, je vois certainement les deux extrémités du spectre en ce qui concerne l‘âge de la main-d‘œuvre et la localisation. Et je pense que la répartition de la main-d‘œuvre permettra aux personnes qui choisissent de travailler plus longtemps et aux personnes en début de carrière d‘avoir plus de flexibilité dans le secteur où elles veulent travailler et avec qui elles veulent travailler sans avoir besoin de déménager et de perturber leur vie de famille.

Enfin, je constate que les personnes âgées et les enfants sont de plus en plus impliqués. Je pense que nous en sommes maintenant au point où les animaux de compagnie, les parents, les enfants restent en arrière-plan d‘une réunion, ce qui n‘est pas aussi perturbant. Et je pense qu‘en fin de compte, c‘est... j‘espère que je suis optimiste au point d‘avoir des hallucinations. Mais j‘espère que cela signifie que nous sommes dans un monde où nous avons plus d‘équité et de disponibilité pour les opportunités. Je pense cependant que cela a un impact considérable sur les logiciels d‘entreprise. Je pense que cela a un impact considérable sur les types de systèmes d‘entreprise que les gens créent parce que nous nous sommes appuyés pendant des décennies sur l‘idée du modèle de la forteresse pour la sécurité du réseau, pour la création de notre entreprise.

Nous avons tous connu un réseau Wi-Fi spécial pour le bureau, des ports Ethernet spéciaux sur lesquels on se branche pour accéder aux systèmes de l‘entreprise. Aujourd‘hui, nous sommes dans un monde où la confiance est nulle, où les gens utilisent le Wi-Fi de leur domicile, le Starbucks, la route, et où nous devons évoluer avec eux. Et je pense que c‘est ce que nous constatons, nous constatons certainement une augmentation de nos activités avec l‘intégration des systèmes de gestion de l‘identité et de l‘accès et pour l‘augmentation des processus commerciaux qui dépassent les frontières traditionnelles de l‘entreprise. Et je pense que cela va se multiplier.

Et je pense que ce qui est intéressant ici, c‘est que, pour prédire l‘avenir, je pense que nous allons voir davantage d‘intégrations interentreprises de données et de processus. Nous avons toujours eu cette idée d‘échange de messages, que ce soit avec l‘EDI ou d‘autres types de systèmes d‘entreprise où il y a une communication inter-systèmes. Je pense que nous allons voir cela de plus en plus souvent. Et nous allons voir plus, disons, de bavardage entre les partenaires commerciaux. Et je pense que cela aura un impact direct sur la façon dont nous envisageons la sécurité en tant qu‘état stable pour toutes les intégrations dans ce monde plus hétérogène où vous n‘avez pas la forteresse murée de votre entreprise, un tuyau très fin qui se connecte à d‘autres. C‘est un monde beaucoup plus riche et bien connecté. Mais je pense que, comme pour beaucoup de choses, nos conceptions techniques ont tendance à refléter notre structure sociale. Ainsi, parce que nous travaillons aujourd‘hui au sein de l‘entreprise et avec notre propre personnel dans un monde hautement distribué, je pense absolument que nous allons assister à la même chose en ce qui concerne les investissements dans les technologies d‘entreprise.

Dayle Hall :

Lorsque COVID a commencé à frapper, il y a eu manifestement un grand changement pour comprendre les processus, examiner les automatisations et les intégrations dans le cadre de l‘absence des personnes au bureau. Il y a quelques années, au moment où COVID frappait, l‘un des analystes de l‘une des entreprises m‘a dit qu‘il avait été surpris par le nombre de clients avec lesquels il s‘était entretenu. Après que les gens soient devenus distants, ils pensaient avoir mis en place des automatisations. Mais en fin de compte, il y avait toujours deux ou trois personnes dans un processus au bureau qui faisaient des transferts ou des tâches manuelles qu‘ils pensaient avoir automatisées. Je pense que les clients ont été plus durement touchés et qu‘ils se sont dit : "Nous pensions avoir tout compris.

Voyez-vous maintenant ce - peut-être pas complètement à distance, mais il y a ce modèle hybride ? Ces organisations informatiques, à votre avis, ont-elles de nouvelles initiatives pour comprendre ce prochain changement ? Est-ce toujours une priorité pour eux ? Essaient-elles encore de le comprendre ? Ou est-ce que maintenant que nous avons réussi à comprendre l‘éloignement, il n‘y a qu‘une simple étape à franchir pour revenir à un modèle hybride ? Ou bien ces initiatives, ces cas d‘utilisation en quelque sorte, les voyez-vous toujours sur le marché et les clients essaient-ils toujours de résoudre ces problèmes ?

Jeremiah Stone :

Tout à fait. J‘ai rencontré à Londres une société qui produit des logiciels de négociation à haute fréquence, donc quan. Elle fournit des produits aux services financiers pour le trading quantitatif. Elle a lancé une initiative majeure pour automatiser tous ses processus de back-office, c‘est-à-dire les ressources humaines, les finances, etc. et pour supprimer la touche humaine manuelle de ces processus. Et je pense que nous assistons de plus en plus à ce type d‘initiatives.

Et je pense que, honnêtement, ce n‘est pas seulement dû aux perturbations en termes de présence ou d‘absence des personnes au bureau, mais simplement à la pénurie de main-d‘œuvre. Nous avons donc tendance à penser aux pénuries de main-d‘œuvre, et nous en avons entendu parler pour les travailleurs de première ligne, que ce soit dans le commerce de détail ou dans les soins de santé, mais je pense que le back-office est la même force de travail. Et si nous avons, comme c‘est le cas dans le monde entier, des problèmes de garde d‘enfants ou des besoins de s‘occuper des parents, etc., nous avons une pénurie générale de talents, ce qui conduit à l‘automatisation et à une concentration continue sur la façon de supprimer ces processus manuels du point de vue de la qualité, mais aussi de la disponibilité du personnel.

Dayle Hall :

Oui, nous en avons parlé. J‘en ai parlé dans quelques autres podcasts, mais la guerre des talents est toujours là. Et je pense qu‘étant donné les possibilités qui s‘offrent à nous, il nous reste encore beaucoup à faire en termes d‘utilisation des outils et de localisation des personnes. Et j‘aime bien ce que vous avez dit tout à l‘heure à propos de certains des jeunes travailleurs, ils ont beaucoup plus de flexibilité dans leur carrière pour travailler à distance. Mais en tant qu‘entreprise, en tant qu‘organisation, il y a des choses que nous devons comprendre à partir de nos propres processus et données pour nous assurer que nous pouvons permettre cela. Je pense donc que nous ne faisons que - dans une certaine mesure, nous ne faisons qu‘effleurer la surface à ce sujet. Est-ce que vous...

Jeremiah Stone :

Le talent a gagné. La guerre des talents est terminée. Le talent a gagné. Et maintenant, nous devons faire face à cette situation. Et il ne s‘agit pas seulement de notre capacité à recruter, que ce soit au niveau local, hybride ou à distance. Il s‘agit également de notre capacité à recruter des travailleurs à temps plein ou des travailleurs occasionnels, des entrepreneurs. C‘est aussi un mélange de plus en plus fréquent que nous observons. Pour nous, cela se traduit par une grande attention portée à l‘expérience de l‘utilisateur collaboratif. Aujourd‘hui, nous nous attendons de plus en plus à disposer d‘un environnement de travail collaboratif, que ce soit pour éditer un document et voir le curseur et le nom de l‘autre personne, ou pour collaborer avec une entité externe. Et je pense que c‘est également ce qui motive le travail.

Nous travaillons beaucoup avec Siemens, par exemple. C‘est l‘un des domaines dans lesquels ils nous demandent de les aider : comment améliorer la collaboration dans l‘expérience de l‘utilisateur pour concevoir des intégrations. Cette question est étroitement liée à la distribution géographique et au fait qu‘ils font appel à des experts en processus d‘entreprise pour les aider à rationaliser et à redéfinir leurs processus. Ils veulent que ces personnes bénéficient d‘une expérience de travail directe très riche et qu‘elles ne parlent pas de l‘intégration, ne la conçoivent pas dans PowerPoint et ne la confient pas à quelqu‘un d‘autre, mais que l‘expert en processus d‘entreprise qui les aide à redéfinir le processus pour qu‘il fonctionne mieux, soit aussi l‘outil qui fonctionne.

Et je pense que cela fait partie du même mélange car nous sommes maintenant vraiment habitués à travailler en collaboration. Et vous ne pouvez pas - si vous êtes répartis géographiquement ou légalement du point de vue d‘un fournisseur de services ou d‘un employeur, vous n‘allez pas vous asseoir devant un écran pour regarder ensemble ou regarder un projecteur ensemble dans le bureau. Je pense donc que la possibilité d‘avoir une expérience de collaboration riche et hautement productive est de plus en plus la norme en ce qui concerne le travail de la connaissance. 

Dayle Hall :

Oui. Cela nous amène à un autre bon sujet ou à un sujet difficile, à savoir ce qui se passe dans et autour de l‘économie, pas seulement dans notre secteur mais en général, les choses que nous voyons autour d‘un ralentissement de l‘économie, et c‘est probablement le sujet qui préoccupe le plus tout le monde. Et vous et moi, en tant qu‘intégrateur, nous parlons un peu des résultats de l‘étude que nous avons menée, à savoir qu‘un tiers des responsables informatiques ont été contraints de déprioriser ou d‘annuler des projets technologiques à cause du ralentissement. Environ 60 % ont déclaré qu‘ils prévoyaient de réduire leur budget informatique ou qu‘ils l‘avaient déjà fait. Près de la moitié d‘entre eux prévoient de geler ou au moins de réduire une partie de leurs effectifs. Là encore, près de 60 % estiment qu‘ils passent leur temps à donner aux utilisateurs non informaticiens les moyens d‘être plus performants. Et il y a le même nombre de personnes, environ 60 %, qui cherchent à tirer davantage de l‘IA et de l‘automatisation.

Dans cette étude, nous constatons que les services informatiques réduisent les projets et les budgets, mais qu‘ils cherchent aussi des moyens d‘autonomiser les entreprises et d‘utiliser différentes technologies pour les aider pendant cette période. La question que je vous pose est donc la suivante : comment pensez-vous que les sociétés, les entreprises, dans leurs organisations informatiques, devraient envisager d‘obtenir plus de ce qu‘elles ont déjà investi, de sorte qu‘elles n‘aient pas nécessairement - qu‘elles n‘arrachent pas les logiciels qu‘elles ont déjà ? Et comment peuvent-elles se positionner pour continuer à soutenir l‘entreprise pendant la période où les budgets sont réduits, comme c‘est le cas pour de nombreuses organisations ?

Jeremiah Stone :

Nous vivons un moment intéressant. Nous sortons de l‘une des expansions économiques les plus importantes et les plus longues de l‘histoire économique moderne, mais nous sommes simultanément confrontés à une volatilité extrême en termes de disponibilité de la main-d‘œuvre et de coût du capital. Les taux d‘intérêt continuent d‘augmenter. La Fed nous a dit hier qu‘elle envisagerait probablement une augmentation d‘un demi-point de base et que la guerre contre l‘inflation n‘était pas terminée, de sorte que le capital devient plus cher et que les talents sont limités.

Et pourtant, même si nous assistons à des réductions de personnel, à de nombreux licenciements dans la région de la baie où je suis basé, nous voyons encore des environnements qui sont assis sur des richesses massives. Ils viennent juste de terminer de gros investissements dans les technologies cloud , de gros investissements dans les talents, de gros investissements dans la numérisation. Et c‘est presque comme si, comme d‘habitude, dans ces situations, il y avait une perception que les bons moments allaient continuer à rouler, que nous pouvions continuer à embaucher des gens, que nous pouvions continuer à acheter de nouvelles technologies, que nous pouvions continuer à aller de l‘avant et vers le haut.

Nous sommes en quelque sorte à mi-chemin entre les systèmes, les talents et les ressources dont nous disposions, la terre promise que nous pensions atteindre, et maintenant, nous nous trouvons dans une situation où le budget et les talents sont limités, alors que de nombreux projets sont terminés, que le travail est à moitié fait et que de nouveaux systèmes ont été mis en place. Du point de vue de la direction, le défi consiste à savoir comment fournir la valeur à laquelle je m‘étais engagé, dont je rêvais, sur laquelle l‘entreprise comptait, avec moins de ressources, moins de temps, et probablement sur la base d‘une révision beaucoup plus fréquente. Et chaque responsable ou travailleur des technologies de l‘information connaît l‘expérience d‘être appelé sur le tapis pour justifier son existence, pour justifier la poursuite du projet. Et je pense que c‘est ce qui se passe partout en ce moment.

Le défi est donc de savoir comment, en tant que dirigeants, nous pouvons aller jusqu‘au bout, terminer et tirer le meilleur parti des ressources dont nous disposons. Et ce que nous voyons souvent, c‘est une utilisation très créative des ressources existantes qui auraient pu faire l‘objet d‘un plan de fin de vie ou de réduction des systèmes, pour les maintenir en vie et commencer à les remanier de manière incrémentale. Je lisais hier un rapport de Forrester qui examinait la refonte vers les microservices au sein de l‘architecture d‘entreprise, non pas comme un arrêt complet du système, mais progressivement, quel pourcentage de vos systèmes historiques a été refondu. Nous travaillons avec un partenaire qui se concentre directement sur l‘intégration avec les ordinateurs centraux dans les services financiers. Et nous continuons à investir dans l‘utilisation efficace de SnapLogic comme porte d‘entrée vers les possibilités de traitement des données, de disponibilité des données, etc. de l‘ordinateur central, tout en interfaçant avec cet ordinateur central comme s‘il s‘agissait d‘une application web moderne.

Je pense donc que l‘on continuera à se concentrer sur les nouvelles générations de technologies, cloud , des systèmes orientés API très conviviaux et très disponibles, coexistant simultanément avec des systèmes qui peuvent avoir été déplacés virtuellement sur cloud ou qui existent encore dans des centres de données ou des centres de services gérés, tout en voulant les utiliser d‘une manière interopérable et standardisée. Et c‘est ce que nous voyons vraiment, c‘est l‘acceptation de la réalité que vous allez vivre dans des environnements mixtes, que vous allez devoir continuer, peut-être toutes les deux semaines, toutes les semaines, à fournir de nouvelles capacités à l‘entreprise, soit en termes de nouveaux produits, services ou valeur, soit en termes de réduction des coûts et de réduction de la consommation du budget de maintien en condition opérationnelle. Et dans ce monde, vous devez tirer le meilleur parti de votre héritage préexistant ou de votre technologie patrimoniale tout en continuant à adopter de nouvelles technologies. Je pense donc que cette situation va perdurer, au moins pendant les deux ou trois prochaines années. C‘est la réalité dans laquelle nous allons vivre.

Dayle Hall :

Oui, c‘est vrai. Au début de ce podcast, nous avons parlé des mots les plus galvaudés dans le monde des affaires. Et l‘un des termes que nous entendons souvent, que j‘entends souvent, est celui de "protection de l‘avenir". Et je n‘aime pas particulièrement ce terme parce qu‘il donne l‘impression qu‘il y a toujours quelque chose que vous auriez pu faire pour relever un défi dans votre entreprise. Vous et moi avons déjà eu de nombreuses discussions à ce sujet, en particulier avec notre patron, Gaurav, le PDG, sur la manière de se préparer à cette éventualité. Mais lorsque vous entendez l‘expression "préparation à l‘avenir", cela vous hérisse-t-il ? Avez-vous l‘impression que quelqu‘un ne sait pas vraiment ce qu‘il doit faire et que ce terme est utilisé pour défier les gens ? Comment peut-on se préparer, ou comment une entreprise peut-elle mieux se préparer à cette époque de changements ?

Jeremiah Stone :

Je suis donc entré dans la vie active et j‘ai décroché mon premier emploi en 1998. J‘ai eu la chance de travailler au National Center for Atmospheric Research à Boulder, dans le Colorado, dans un rôle d‘administration de systèmes. Je travaillais sur une technologie qui nécessitait encore des bandes de papier pour faire fonctionner et programmer les machines, tout en construisant ce qui était à l‘époque l‘un des premiers cadres de calcul parallèle vraiment performants pour la météorologie, des modèles météorologiques à grande échelle avec un réseau de fibres optiques haut de gamme et sur mesure entre les nœuds. J‘ai donc vécu simultanément dans ces deux mondes.

Ce que cette expérience m‘a appris, c‘est que nous avons tendance à croire que nous entrons dans des cadres et des phases de développement technologique complètement distincts, disjoints et nouveaux qui laisseront l‘ancien derrière eux, que l‘avenir sera très différent et que nous pouvons - la meilleure chose que nous puissions faire est de nous préparer à jeter l‘ancien et à sauter dans le nouveau monde, alors qu‘en réalité, notre histoire nous accompagne pendant très longtemps, bien plus longtemps que nous ne le pensons ou ne l‘anticipons. Il y a probablement un placard contenant du matériel de mise en réseau et des serveurs dans le bureau de chacun de nos auditeurs qui, qu‘ils le sachent ou non, gèrent encore une partie essentielle de l‘entreprise.

C‘est pourquoi, lorsque j‘entends l‘expression "à l‘épreuve du temps", j‘ai tendance à penser, Dayle, qu‘il s‘agit d‘un slogan marketing pour un produit qui sera un élément de plus sur la pile des choses qui vivront avec nous pendant une période beaucoup plus longue. Mais je ne pense pas que ce soit une mauvaise idée. Je pense que l‘idée de se préparer à gérer la volatilité et l‘imprévisibilité et les futurs types de technologie qui seront différents des exigences est une bonne idée. Mais je pense qu‘il s‘agit d‘un état d‘esprit. Ce n‘est pas un produit. Ce n‘est pas un protocole. Ce n‘est pas une nouvelle technologie. C‘est un modèle de conception. Et c‘est une façon de penser à la manière dont nous architecturons notre infrastructure de données et d‘applications afin de pouvoir saisir en permanence les opportunités offertes par les nouvelles technologies pour améliorer notre activité.

C‘est ce que l‘on appelle la prévention - je pense que c‘est le bon côté des choses. Quand je pense à la protection de l‘avenir, c‘est qu‘il ne faut pas se faire avoir, ne pas croire qu‘il y a quelque chose qui va faire disparaître ce problème difficile, mais saisir l‘occasion, je pense, d‘apprendre à rénover et à remanier continuellement votre patrimoine technologique, pour ainsi dire. À mon avis, la protection de l‘avenir est un état d‘esprit et non un produit.

Dayle Hall :

J‘aime cette façon de penser. Et je ne pense pas qu‘il y ait quoi que ce soit - il n‘y a pas de panacée pour les temps qui changent. La plupart de ces choses me prennent généralement par surprise. Ce n‘est pas toujours le cas dans certaines entreprises qui se sont peut-être trop étendues et qui sont alors nerveuses parce qu‘elles n‘ont peut-être pas atteint leurs objectifs. C‘est ainsi que l‘on gère les affaires. Mais les pandémies et le ralentissement de l‘économie, je veux dire, c‘est se mettre dans une position où l‘on peut, je pense que vous avez mis le doigt sur le problème, encore tirer profit et avoir des opportunités. Je pense qu‘il est important d‘être dans cette position. Vous ne pouvez pas empêcher certaines de ces tendances, les défis mondiaux, macroéconomiques et microéconomiques de vous frapper. Il faut s‘assurer d‘être en bonne position pour pouvoir y faire face, on ne peut pas les arrêter.

Jeremiah Stone :

C‘est exact. Et je pense qu‘il est possible de concevoir des produits capables de tirer parti des technologies futures si l‘on comprend, si l‘on essaie de comprendre les grandes tendances qui influencent les produits et les services auxquels nous aurons à faire face au cours des trois à cinq prochaines années. Par exemple, de plus en plus de choses évoluent vers des comportements basés sur des événements en continu. En fait, cela conduit à des décisions architecturales de bas niveau très importantes. La capacité d‘avoir une architecture orientée vers la messagerie et les événements du point de vue de l‘architecture d‘entreprise, on pourrait dire, dans un sens, que c‘est une protection contre l‘avenir.

D‘autre part, si vous êtes par défaut en flux continu, orienté événement, vous êtes en mesure de gérer des charges de travail pilotées par des déclencheurs, des charges de travail planifiées, des charges de travail par lots, parce qu‘il s‘agit simplement de différents types d‘événements. Mais encore une fois, cela nous ramène aux principes de conception et à la façon dont nous concevons les architectures et achetons notre technologie en posant ces questions plus fondamentales : du point de vue de la conception et de l‘architecture, est-ce que cela crée le plus d‘options possibles pour moi ?

Et c‘est cela la protection de l‘avenir, c‘est si vous - quel cône de possibilités vous offre un investissement donné. J‘ai malheureusement parlé à quelques clients - je ne citerai pas de noms - qui sont en train de se défaire d‘investissements qu‘ils ont faits parce que c‘était la chose à la mode à l‘époque, mais c‘était une application très étroite de la technologie qui n‘était pas flexible ou capable de s‘adapter à de nouvelles exigences, de nouveaux besoins, des changements pour faire face à l‘entreprise externe- élargie avec des partenaires commerciaux, avec des employés distribués, mais cela semblait être juste la chose à faire à l‘époque. Il incombe à ceux d‘entre nous qui construisent, exploitent et achètent des technologies en fin de vie de tenir compte de la durabilité dans une perspective de propriété à long terme et de la réapplicabilité de la technologie que nous achetons au fur et à mesure que nous le faisons.

Dayle Hall :

Intéressant. Passons maintenant à la suite. Nous avons parlé du travail hybride, nous passons du travail à distance au travail hybride. Parlons de l‘hybride dans le contexte de l‘entreprise, des systèmes patrimoniaux sur site et de l‘évolution vers cloud , etc. Lorsque vous pensez aux opportunités à venir, et encore une fois, je pense que l‘une des raisons pour lesquelles vous et moi sommes chez SnapLogic, c‘est que nous y voyons une opportunité massive non seulement autour de l‘APIM et de l‘intégration des données, mais aussi autour de l‘intégration d‘application à application. Et lorsque vous parlez à certains de nos clients ou prospects, où en est, selon vous, la transition de l‘on-prem à cloud ou à l‘hybride ? Les gens l‘ont-ils pleinement adoptée ? En sommes-nous encore aux balbutiements ? Où en sommes-nous, selon vous, de ce passage à cloud, de la situation hybride ? Et que constatez-vous sur le marché ?

Jeremiah Stone :

J‘y pense beaucoup. Et j‘ai l‘occasion de parler à des clients de tous les secteurs et de toutes les zones géographiques dans lesquels nous opérons. Et je pense que nous - fondamentalement, les premiers adoptants ont en grande partie déménagé, et ont encore quelques actifs en attente. Aujourd‘hui, la plupart des entreprises opérant à l‘échelle mondiale essaient vraiment d‘accélérer le passage à cloud, non seulement du point de vue de l‘arbitrage des coûts informatiques, de sorte qu‘il est tout simplement moins cher et plus facile à gérer en raison des promesses de cloud, quelqu‘un d‘autre étant responsable de l‘entretien et de la maintenance, etc., non seulement en raison de la possibilité de passer de CapEx à OpEx et de modifier l‘impact sur le bilan, mais aussi en raison des avantages que la technologie cloud-native offre en termes de sélection et de choix de capacités spécifiques pour les projets ou le personnel critiques.

Je pense donc que nous assistons à une accélération du mouvement vers les applications natives cloud ainsi que vers l‘entreposage de données et l‘analyse cloud . Il s‘agit donc bien d‘une accélération dans ce domaine. Mais je constate également qu‘il y a encore beaucoup de maintenance et de soutien de l‘infrastructure existante. Je dirais donc que nous n‘en sommes qu‘aux prémices de ce grand mouvement. La plupart des prévisions que je vois de la part des fonds d‘investissement privés, du capital-risque et des analystes sont en accord avec cette perception. Je n‘ai pas vu de données contraires indiquant un ralentissement de l‘adoption de cloud . Mais je n‘ai rien vu non plus qui indique que nous avons dépassé le milieu ou le centre du travail.

J‘étais à AWS re:Invent la semaine dernière. Ce que j‘ai retenu de re:Invent, c‘est qu‘Amazon et AWS n‘en sont qu‘à leurs débuts en ce qui concerne l‘interopérabilité de leurs propres technologies. Et je pense que la plupart des annonces qui ont été faites concernent la manière dont les différents services peuvent être interopérables, peuvent être plus utilisables, et cela indique que l‘évolution de la pile technologique est encore relativement précoce. Je pense donc que nous avons encore du temps devant nous. Et je pense que nous entrons dans une phase plus hybride, si vous voulez, entre l‘héritage et les nouveaux investissements, et la nécessité de maintenir ces systèmes en bon état de fonctionnement et de continuer à avancer.

Oui, on peut penser que c‘est, métaphoriquement, comme rénover une maison. Lorsque nous investissons dans nos maisons, nous pouvons moderniser la cuisine, ajouter une nouvelle salle de bain. J‘ai installé une pompe à chaleur, un chauffe-eau l‘année dernière, et c‘est phénoménal. C‘est formidable. C‘est incroyablement efficace, c‘est silencieux. Mais j‘ai dû procéder à une mise à niveau de l‘électricité pour pouvoir l‘utiliser. J‘ai dû m‘assurer que la ventilation était bien en place. Je pense qu‘il en va de même pour la technologie. Il y a des investissements ciblés très spécifiques pour apporter de la valeur, pour apporter de l‘efficacité. Ils modifient un sous-ensemble du paysage global et offrent des possibilités de remaniement et d‘amélioration du paysage, mais il ne s‘agit pas d‘un déménagement complet dans un nouvel environnement.

Il y a donc un besoin permanent d‘harmoniser l‘existant et le nouveau, d‘examiner les opportunités à forte valeur ajoutée, de rénover et d‘ajouter une nouvelle capacité au système, puis d‘utiliser cet effort pour améliorer l‘hygiène et la structure. Vous avez mentionné la gestion des API, nous voyons actuellement de nombreux clients qui cherchent à regrouper des centaines, voire des milliers, d‘interfaces de programmation d‘applications individuelles, API ou points d‘extrémité, au sein de leurs systèmes et à les placer dans un espace unique et consolidé.

J‘ai parlé à l‘un de nos clients, qui est un payeur de soins de santé, donc dans le domaine de l‘assurance maladie, et il m‘a dit que, eh bien, parce qu‘il a acheté des entreprises, qu‘il a fait des investissements parallèles, divers travaux, il a probablement cinq façons différentes d‘obtenir les données de base d‘un client, d‘un patient. Ils ont quatre façons différentes de connaître les demandes de remboursement pour cet individu. Ils cherchent à les harmoniser. Pour ce faire, en cas de mise à niveau d‘une partie donnée du système, ils cherchent à envelopper ces systèmes d‘une couche de gestion API standard, à y canaliser toutes les API existantes, puis à les organiser et à les redresser en permanence.

Votre maison devient plus propre lorsque vous passez d‘une pièce à l‘autre, que vous ramassez des objets et que vous les organisez. Et c‘est ce que je vois beaucoup de gens faire. Ils recherchent des investissements multiplicateurs qui leur permettent d‘ajouter de nouvelles capacités, d‘accroître l‘efficacité, d‘apporter des améliorations à leur entreprise et d‘assainir leur environnement au fur et à mesure.

Dayle Hall :

Oui, c‘est vrai. L‘opportunité, je pense, est évidemment - est là de ce point de vue. Mais l‘une des opportunités, dont j‘ai parlé à beaucoup de personnes sur ce podcast, et je sais que vous avez certainement cela dans votre parcours professionnel, c‘est l‘opportunité de l‘intelligence artificielle. Et je suis un peu réticent parce que je vois tellement d‘IA dans l‘industrie et les gens l‘utilisent parce que c‘est encore un mot à la mode et les gens - pour revenir à votre point sur l‘utilisation de l‘innovation comme un terme sans avoir à le soutenir, j‘ai l‘impression qu‘il y a beaucoup de cela avec l‘IA.

Lorsque vous entendez le terme IA et que vous pensez à l‘opportunité pour - dans notre vie quotidienne ou dans nos entreprises, où pensez-vous que la prochaine vague d‘opportunités proviendra de l‘intelligence artificielle ? Commençons par l‘impact général, puis allons un peu plus loin et parlons de l‘espace, de l‘espace SnapLogic, autour des applications et des données et de l‘APIM. Mais commençons par l‘impact général : à quoi pensez-vous lorsque vous entendez le terme " intelligence artificielle " et l‘opportunité qu‘elle représente ?

Jeremiah Stone :

C‘est un domaine qui me passionne, un domaine qui m‘enthousiasme. J‘ai une formation en mathématiques et en informatique. Comme je l‘ai dit, mon premier emploi consistait à élaborer des modèles prédictifs à grande échelle. À l‘époque, on appelait cela des mathématiques appliquées. Mais aujourd‘hui, nous avons des termes plus excitants.

Je pense que nous sommes encore dans l‘ère du battage médiatique et que les attentes n‘ont pas été réalisées, ce que l‘intelligence artificielle pourrait apporter. Je pense que des milliards et des milliards de dollars ont été brûlés et détruits en termes de valeur actionnariale et d‘investissements dans l‘application de l‘intelligence artificielle et de l‘apprentissage automatique, qu‘il s‘agisse de logiciels grand public ou d‘entreprise.

Je ne pense pas que les attentes et les espoirs étaient erronés. Je pense que nous n‘avons pas réussi à appliquer réellement la technologie. Mais cela est en train de changer. Ce que je veux dire, c‘est qu‘il s‘agit d‘une métaphore classique, que les cabinets d‘analystes utilisent des termes différents. Mais la façon dont les choses ont tendance à se dérouler, c‘est qu‘il y a un engouement et une excitation incroyables autour d‘une technologie donnée qui n‘aboutit pas et qui dit, en gros, que c‘est un échec, et on s‘en éloigne. Pendant ce temps, les gens commencent à l‘appliquer et elle commence à être rentable et à s‘améliorer, et c‘est ce que nous constatons.

La plupart d‘entre nous utilisent quotidiennement une application basée sur l‘intelligence artificielle, et nous n‘y pensons probablement même pas ou ne le savons pas. Par exemple, les filtres anti-spam de vos courriels sont pilotés par l‘intelligence artificielle. Vos systèmes de navigation, si vous utilisez Google Maps, ou Waze, ou autre, pour aller d‘un point A à un point B et gérer vos déplacements, utilisent l‘intelligence artificielle. Vous êtes en mesure de mettre en place un chauffage et des thermostats adaptatifs, ce genre de choses. C‘est donc là que nous commençons à voir le - où je pense que nous allons sentir que l‘intelligence artificielle est - c‘est en fait un problème de conception. Et ce n‘est pas un problème de technologie de base. Le problème de conception est de savoir comment améliorer les décisions, les processus et les activités importants d‘une manière très naturelle et ambiante. Et je pense que c‘est là que nous commençons à voir la valeur de l‘intelligence artificielle.

Il y a deux jours, j‘ai rencontré un de nos clients fournisseurs de services. Son service consiste à fournir à ses clients des conseils basés sur l‘IA pour la gestion de leurs chaînes d‘approvisionnement. Pour ce faire, ils utilisent SnapLogic pour s‘intégrer aux systèmes de gestion de la chaîne d‘approvisionnement et aux systèmes ERP de leurs clients. Ils proposent ensuite une liste d‘opportunités pour alléger la chaîne d‘approvisionnement, réduire les stocks existants, les dépenses directes et indirectes, c‘est-à-dire aussi bien les dépenses liées aux produits que la manière dont ils exploitent leurs installations et gèrent les incidents commerciaux. Ce produit contient des algorithmes prédictifs à grande échelle, mais ils n‘apparaissent jamais sur l‘interface. C‘est un tableau de bord. C‘est un tableau de bord d‘opportunités de gestion des dépenses.

Et c‘est ce que je pense que nous verrons, c‘est que ce sera beaucoup plus efficace, capable, de meilleures décisions, plus d‘optimisation dans les processus que nous opérons, mais d‘une manière moins visible que je pense que nous l‘attendions. Nous nous attendions en quelque sorte à ce que l‘ordinateur de Star Trek soit ce que nous considérions comme l‘intelligence artificielle, alors qu‘en fait, elle est beaucoup plus subtile et présente dans nos vies. Et je pense que c‘est une bonne chose, en fin de compte. Et c‘est ce que nous allons commencer à faire.

Je pense donc que nous en ressentirons l‘impact. Je pense que l‘impact sera difficile à quantifier parce qu‘il ressemblera à une amélioration progressive radicalement accélérée, mais ce ne sera pas le cas. Il s‘agira en fait d‘une amélioration progressive, mais qui se produira dans des systèmes que nous considérons comme acquis.

Dayle Hall :

Oui. Je pense que si nous en arrivons au point où nous avons à l‘intérieur de nos - c‘était quoi le film de Will Smith aussi ? I, Robot, où ils vont tous nous attaquer. Je veux dire, écoutez, il y a certainement une certaine peur qui est sensationnalisée, et je comprends cela. Mais l‘une des choses que j‘entends souvent, et nous pouvons en parler dans le contexte de SnapLogic, et je l‘entends depuis 10 ans que nous parlons de l‘intelligence artificielle, c‘est qu‘elle va prendre les emplois des gens. Cela signifie que des gens vont être licenciés à cause de ce qu‘elle fait. Et il y a un peu de cela en ce qui concerne des choses comme - même la RPA est une catégorie. Mais mon opinion a toujours été que cela devrait libérer l‘opportunité d‘être plus - les gens qui ont des capacités, ils peuvent être plus créatifs. Ils peuvent en fait résoudre des problèmes plus importants parce que certaines des tâches banales peuvent être effectuées grâce à un modèle d‘IA ou d‘automatisation. Entendez-vous encore cela lorsque vous parlez à des clients et à des prospects ? Y a-t-il encore des réticences parce qu‘ils... est-ce que c‘est toujours le cas sur le marché, ou est-ce que c‘est en train de disparaître ?

Jeremiah Stone :

Je n‘entends pas les clients. La plupart du temps, ils me disent le contraire, à savoir qu‘ils ne s‘inquiètent pas du chômage technologique, mais des problèmes de disponibilité de la main-d‘œuvre. Je pense que le chômage technologique est réel. Je pense qu‘il existe. Je pense qu‘Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee ont probablement fait le meilleur travail dans ce domaine avec le travail qu‘ils ont fait autour du deuxième âge de la machine et la recherche qu‘ils ont faite.

Je pense que c‘est dans l‘industrie lourde que nous verrons le plus de chômage technologique. Il s‘agira simplement d‘une automatisation et d‘une évolution continues des pertes d‘emplois, tant pour les cols blancs que pour les cols bleus, dans l‘industrie manufacturière en particulier. Nous n‘avons pas l‘habitude de voir cela en Europe et en Amérique du Nord parce que l‘impact de ce chômage technologique se produit là où se trouvent les usines, et nous avons délocalisé une grande partie de cette production en dehors des mers. Hier, nous avons assisté à un grand déploiement de Tesla avec son Semi. Il est certain que si la conduite autonome se concrétise, elle commencera dans des endroits comme les chantiers navals, dans des endroits que nous ne voyons pas. Et nous l‘avons déjà vu. Si vous avez vu ce qui se passe dans les entrepôts d‘Amazon ou dans d‘autres entrepôts, vous avez certainement constaté une augmentation de l‘automatisation et de la robotique dans ces espaces. Mais je pense que la plupart des endroits où il y a du chômage technologique sont des endroits que la plupart des gens du secteur des technologies de l‘information ne voient pas. Et cela se produit dans des contextes plus manuels et dans l‘industrie des services.

En ce qui concerne nos contextes, il faut se rendre à l‘évidence que les travailleurs de la haute technologie ont été, à bien des égards, très improductifs au départ, n‘est-ce pas ? Il y a donc cette sorte de croyance, la croyance du jeu à somme nulle selon laquelle si l‘on rendait le travail technologique beaucoup plus productif, on mettrait des gens au chômage, alors qu‘en fait, la quantité de travail à accomplir a peut-être été supérieure d‘un ordre de grandeur à la quantité de travail que nous avons été capables d‘accomplir. Ainsi, en créant beaucoup plus de productivité, je pense qu‘il faudra toujours faire face à ce problème.

Et je pense que les modèles à grande échelle, qu‘il s‘agisse d‘un copilote GitHub ou d‘autres efforts en cours dans le cadre de la synthèse de programmation ou de la création de code avec l‘intelligence artificielle, les algorithmes ne savent pas comment concevoir un système, ils ne savent pas comment orchestrer le système. Le développement d‘une fonction appelée développement du code n‘est pas la même chose que l‘architecture de la conception des systèmes, ou simplement la pensée analytique fondamentale difficile à mettre en œuvre pour construire un système capable et fonctionnel. Et la plupart des travaux sur les modèles génératifs que nous voyons ont facilement dérapé et ne produisent pas de bons résultats.

Il y a assurément des promesses. De bons travaux sont en cours. Je suis enthousiasmé par les travaux génératifs issus des modèles de langage à grande échelle. Mais je pense que la productivité qu‘ils permettent d‘obtenir est quelque chose dont nous avons désespérément besoin. Et nous devons stimuler cette productivité. À bien des égards, il s‘agit de la réalisation de la productivité qui n‘est pas encore arrivée en termes de troisième révolution industrielle avec la numérisation. Je pense qu‘elle est en train d‘arriver et c‘est ainsi qu‘elle arrivera.

Dayle Hall :

Oui, c‘est vrai. Dans certains des podcasts que j‘ai faits récemment, nous avons abordé la question de la diversité au sein de l‘IA et de l‘éthique de l‘IA. Et je pense que - lorsque nous reviendrons pour cette Saison 2, et nous ferons une Saison 2 de ce podcast, mais j‘aimerais - c‘est quelque chose que j‘aimerais explorer davantage avec vous et avec d‘autres autour, non seulement de l‘utilisation de l‘IA, mais aussi de la façon dont vous aidez à éliminer les biais, à éliminer une partie de ce qui est inhérent - si vous regardez les données, s‘il y a des biais, comment les identifier, afin que vous sachiez au moins où ils se trouvent dans le modèle, et tout ce concept de l‘éthique de l‘IA. Je pense que c‘est quelque chose que j‘estime - encore une fois, je ne suis pas aussi calé en technologie que vous, mais j‘ai l‘impression que nous ne faisons qu‘effleurer la surface de ces discussions.

Jeremiah Stone :

Absolument. Je pense que nous en sommes encore à la phase de l‘intelligence artificielle et de l‘apprentissage automatique dans les logiciels d‘entreprise, et nous passons de la question de savoir si l‘on peut construire un modèle qui aiderait à celle de savoir si l‘on peut construire et former le bon modèle dans ce contexte pour faire le travail d‘une manière dont on est fier et satisfait. Ce que la plupart des gens ne réalisent pas, c‘est que l‘IA et l‘apprentissage automatique dépendent énormément des informations utilisées pour former le modèle. Et c‘est la clé, absolument, la clé qui nous permet de créer les ensembles de données qui sont nécessaires pour fournir la performance du modèle que nous voulons.

Dayle Hall :

Oui, c‘est vrai. Jeremiah, tout d‘abord, j‘ai l‘occasion d‘avoir ces conversations avec vous tout le temps, il est donc très facile pour moi de me sentir plus intelligent en interagissant avec vous. Je tiens à vous remercier chaleureusement d‘avoir participé à ce podcast. J‘espère que nous pourrons tenir une autre session, peut-être vers la fin de la prochaine saison, pour rattraper le temps perdu sur certains de ces sujets. J‘aimerais en savoir plus sur ce que vous pensez de l‘intégration de certaines de ces technologies d‘automatisation et d‘IA dans nos produits et sur l‘orientation de SnapLogic. Mais je pense qu‘aujourd‘hui, nous avons couvert un grand nombre de sujets. J‘apprécie votre participation au podcast. Merci pour vos idées.

Jeremiah Stone :

C‘est très excitant d‘être ici. J‘aime beaucoup parler de ce sujet avec vous. C‘est au cœur de ce qui me passionne. J‘aimerais faire un suivi et une discussion ciblée sur l‘impact de l‘IA et de l‘apprentissage automatique sur l‘intégration. Nous croyons fondamentalement que l‘intégration peut être apprise, qu‘elle peut être codée, qu‘elle peut être apprise et qu‘elle peut être automatisée.

Et c‘est vraiment une période passionnante. L‘état actuel de l‘économie, le monde dans son ensemble, est chaotique, stimulant et difficile. Mais pour ceux qui veulent voir d‘autres personnes travailler mieux ensemble, voir les processus d‘entreprise fonctionner plus efficacement, piloter leur entreprise à l‘aide de données et prendre de bonnes décisions, c‘est une période formidable pour être dans ce secteur. Et c‘est très excitant. J‘adore chaque minute que je passe à sauter du lit le matin pour aider nos clients et faire avancer notre travail. C‘est une période vraiment passionnante.

Merci de nous donner l‘occasion de discuter de tout ce que nous faisons et de tout ce que nous voyons.

Dayle Hall :

C‘est une belle image que de penser que vous vous levez chaque matin pour aider nos clients. Une fermeture parfaite.

À tous nos auditeurs, merci de participer à ce podcast, de nous écouter, de nous rejoindre. J‘espère que vous avez tiré d‘excellents enseignements non seulement de la journée d‘aujourd‘hui, mais aussi de cette saison et de cette série. Nous reviendrons dans le courant de la nouvelle année avec la saison 2. D‘ici là, joyeuses fêtes à tous, merci d‘avoir écouté, et à la prochaine.

Jeremiah Stone :

Merci, Dayle. A bientôt.